Caissière dans une supérette, je ne portais jamais de culotte (M1000 CONF.EROT) par Sandrine

Caissière dans une supérette, je ne portais jamais de culotte (M1000 CONF.EROT)

Titre de livre: Caissière dans une supérette, je ne portais jamais de culotte (M1000 CONF.EROT)

Éditeur: Media 1000

Auteur: Sandrine


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Sandrine avec Caissière dans une supérette, je ne portais jamais de culotte (M1000 CONF.EROT)

Qu’est-ce que j’ai pu me marrer quand j’ai fait mon stage de caissière à la supérette ! Ma patronne et sa fille m’avaient bien dressée. Jamais de culotte ! Toujours prête ! Même quand j’allais faire les livraisons à domicile… toujours cul nu. À croire que c’est lui que j’allais livrer ! Voilà comment j’ai découvert les joies du « petit commerce de proximité ». Et tenez-vous bien, sans perdre mon pucelage ! Ça vous en bouche un coin, non ? Et maintenant que je suis mariée, et tout et tout, si je regrette le petit commerce ? Ma foi, pour ne rien vous cacher… Mais lisez donc ma confession, si ça vous intéresse, vilains voyeurs que vous êtes !

Livres connexes

Qu’est-ce que j’ai pu me marrer quand j’ai fait mon stage de caissière à la supérette ! Ma patronne et sa fille m’avaient bien dressée. Jamais de culotte ! Toujours prête ! Même quand j’allais faire les livraisons à domicile… toujours cul nu. À croire que c’est lui que j’allais livrer ! Voilà comment j’ai découvert les joies du « petit commerce de proximité ». Et tenez-vous bien, sans perdre mon pucelage ! Ça vous en bouche un coin, non ? Et maintenant que je suis mariée, et tout et tout, si je regrette le petit commerce ? Ma foi, pour ne rien vous cacher… Mais lisez donc ma confession, si ça vous intéresse, vilains voyeurs que vous êtes !Qu’est-ce que j’ai pu me marrer quand j’ai fait mon stage de caissière à la supérette ! Ma patronne et sa fille m’avaient bien dressée. Jamais de culotte ! Toujours prête ! Même quand j’allais faire les livraisons à domicile… toujours cul nu. À croire que c’est lui que j’allais livrer ! Voilà comment j’ai découvert les joies du « petit commerce de proximité ». Et tenez-vous bien, sans perdre mon pucelage ! Ça vous en bouche un coin, non ? Et maintenant que je suis mariée, et tout et tout, si je regrette le petit commerce ? Ma foi, pour ne rien vous cacher… Mais lisez donc ma confession, si ça vous intéresse, vilains voyeurs que vous êtes !